William VACHER (BSB'14) & Yann MASSOL (BSB'15) "Mon pote, mon coloc', mon associé"

Jun 13, 2017


BSB Alumni : Qui se cache derrière JobyPepper ?


Yann : Nous sommes deux fondateurs, William et moi-même. Nous étions à l’école ensemble et tous deux très attirés par l’étranger. Quand l’idée à germer, William était en VIE à Munich et je venais de finir un master en Suède et travaillais dans un fond d’investissements à Hong-Kong.


BSB Alumni : Comment est né JobyPepper ?


Yann : L’idée de JobyPepper m’est venue quand j’étais à Hong-Kong. Le week-end, je tournais souvent en rond dans mon appartement à ne rien faire. Je me disais qu’il était vraiment dommage que je ne puisse pas mettre ce temps à profit pour gagner un peu d’argent, en allant faire du Babysitting, donner un coup de main aux restaurants et magasins de la rue…


William : Yann est venu me voir à l'Octoberfest à Munich avec quelques amis. J'étais alors en VIE en Allemagne. Il est ensuite retourné sur Hong Kong puis il m'a soumis l'idée. On avait des positions assez différentes. On était trois au début de JobyPepper, avec Romain BOURRELY (co-fondateur, et diplômé de BSB).


BSB Alumni: Qu'est-ce que ça fait de travailler avec un ami? Plus simple ? Plus compliqué ?


Yann : En gros, on a des profils parfaitement complémentaires avec William. Avec d'autres potes, ça aurait été impossible de faire ce que l'on fait. Il y a des avantages: on se connaît bien, on habite ensemble pour faire des économies. Ça nous permet d'avancer vite car on bosse tout le temps. La complémentarité est nécessaire, car monter une boîte avec un copain juste parce que c'est ton pote, c'est compliqué.


William : Quand Yann a apporté l'idée, on était dix amis dans le groupe. On est passé de dix à cinq, puis de cinq à trois. Je rejoins complètement Yann sur le fait que la communication est très facile car on a vécu beaucoup de choses ensemble et la complémentarité aide beaucoup.


BSB Alumni: Des associations lors de l'école ?


Yann : Moi j'ai été Madn'esc, l'association des sports de glisse de l'école. On avait d'ailleurs organisé un week-end surf dans les landes.


William : Et moi j'ai été Vice-président de la Junior-Entreprise et un petit peu au BDE.


BSB Alumni: Ça vous a apporté quelque chose par rapport à entrepreneuriat ?


William : La JE m'a beaucoup apporté, avec une équipe de 17 personnes à gérer. Je faisais de la mise en relation entre les étudiants et les entreprises et c'est ce que je fais aujourd'hui chez JobyPepper.


Yann : Pour me la péter et on avait un bureau. (Rires). On a créé un événement qui n'avait jamais été fait, donc on a dû tout créer, et mais si cela reste à petite échelle, ça se rapproche de ce qu'on fait quand on veut monter sa startup.


Qu’est-ce qui vous stimule le plus dans l’entrepreneuriat ?



Yann : Le fait de partir d’une feuille blanche, de prendre son stylo et de commencer à écrire l’histoire de son projet. Puis de le voir avancer jour après jour. C’est fou de se rendre compte que quelques jeunes motivés, avec des compétences différentes et un peu de financements peuvent bousculer les codes et réinventer les choses.


BSB Alumni: Un conseil pour nos étudiants?


William : Si vous voulez monter votre boîte, faites le pendant vos études. Et aller voir l'incubateur de l'école. Ainsi vous rencontrerez les premiers problèmes, qui ne seront plus de grands obstacles après.


Yann : Pas besoin de chercher midi à 14h. Il y a un problème : comment je peux le résoudre pour améliorer la solution.


Other news

Cookies help us deliver our services. By using our services, you agree to our use of cookies.