Sophie Vendeville (BSB'97) – " Mon métier : exporter l’art français "

Jun 06, 2017



BSB Alumni : Tout d'abord, Sophie quel est votre métier ?


Sophie Vendeville : J'ai créé une société de diffusion d'art contemporain, pour l'instant réservé à des artistes français. Ceci est surement amené à évoluer. C'est un nouveau concept où l'on veut casser les codes de l'art : ce n'est plus le client qui ouvre la porte d’une galerie, mais la galerie qui vient à vous. Avec mon associé Eric Boizot, nous avons décidé d'amener l'art directement chez les gens et de créer un lien authentique avec eux. À l'aide d'un projecteur, nous projetons les œuvres sur le mur à taille réelle. Sur notre site internet, vous avez aussi la possibilité maintenant de prendre en photo votre intérieur, et de choisir le tableau qui vous plait. Vous aurez un visuel de votre pièce avec toutes les proportions respectées.

En entreprise, j’essaye aussi de jouer sur l'image que l'on renvoie quand on a une œuvre d'art dans son bureau (personnalité, image de marque…). Il ne faut pas forcément être artiste pour vendre de l'art ; je serais incapable de peindre une toile et un peintre a souvent du mal à la vendre.


BSB Alumni : Pourquoi avez vous décidé de travailler dans l'art ?


Sophie Vendeville : On a eu beaucoup d'idées avec mon associé et on s'était toujours promis de créer notre boîte ensemble. Je vis aux Pays-Bas depuis 3 ans, et étant à l'étranger, ce qu'il me reste, ce sont mes racines françaises. Et où que vous alliez, on vous dit " oh la France, la culture française, la french touch …". Nous aimons tous les deux l'art contemporain. Le choix était donc réfléchi et par intérêt et goût pour ce secteur d’activité.


BSB Alumni : Travailler à distance avec son associé, cela est-il compliqué ?


Sophie Vendeville : Ce n'est pas du tout un problème pour nous ! Avec les mails, Whatsapp, Facetime, ça nous permet de communiquer en temps réel. On s'est organisé un planning pour faire des points réguliers et nous nous répartissons les différentes tâches. Ça permet de ne pas nous engueuler (rire). Et ce mode de fonctionnement nous procure beaucoup plus de plaisir quand on se voit.


BSB Alumni : Si vous étiez amenée à quitter les Pays-Bas, referiez-vous la même chose ?


Sophie Vendeville : Pas tout à fait, mais la promesse pour nos artistes sera toujours la même. On pourra toujours les exposer, leur redonner 100% de temps pour la création. Il y a toujours un tableau qui correspond à quelqu’un, quelque part dans le monde.


BSB Alumni : Étiez-vous dans une association en rapport avec l'art à l’école?


Sophie Vendeville : Non. Je donnais un coup de main au BDE (les Dijonktés) et j’ai participé à des opérations de la junior-entreprise.


BSB Alumni : Avez-vous un conseil pour nos étudiants ?


Sophie Vendeville : Choisir un métier où on a toujours la même envie de se lever chaque matin pour aller travailler. Il faut oser dans la vie, ne pas avoir peur de se lancer et y croire !


Other news

Cookies help us deliver our services. By using our services, you agree to our use of cookies.